dimanche 31 janvier 2016

Vade retro hivernas




Il parait qu'on quitte le mois le plus déprimant de l'année, c'est une bonne nouvelle. C'est vrai que février commençant par des crêpes, on sort enfin du commandement "fais ta détox" de janvier, et tout à coup, on se sent déjà beaucoup mieux.

Si malgré tout vous avez envie de vous faire du bien sans renoncer au bon, voici une recette piochée sur le blog des filles de Wonderful Breizh qui elles-même le tenaient du Bistro de Jenna.
Miel, gingembre, thym frais et citron bio + un peu d'eau
On mélange on met au frais
C'est tout
A prendre en sirop à jeun ou en tisane dans un verre d'eau chaude.
Canon pour les maux de l'hiver et le manque de patate, parait.

Ya plus qu'à.
Bonne semaine et prenez soin de vous






mercredi 27 janvier 2016

En être ou pas





Si j'étais dans la mode et que je considérais le front row comme une extension de mon salon, alors je porterais de la fourrure et une nuisette en dessous, des grandes lunettes de soleil miroir, sans trop me soucier ni de la luminosité, ni de la température, et j'avancerais à une allure de sénatrice en balançant mes hanches un peu fort (pour que le mouvement se voit malgré la fourrure) avant d'enlacer mon voisin comme s'il était mon amoureux/ma meilleure amie/un très vieux pote.

Si j'étais dans la mode et que je considérais le front row comme un cocktail de boulot, je me moulerais dans un costume de marié hyper bien coupé et je m'offrirais aux objectifs avec bonne volonté, sourire Colgate et épaules en arrière.

Si j'étais dans la mode, je ferais mine de ne pas remarquer la splendeur du décor, la millimétrie de l'organisation, je n'en aurais que pour mes potes, mes relations, mes réseaux et veillerais bien à me lever comme un ressort dès le dernier souffle de model disparu en coulisse.

Si j'étais dans la mode, j'envisagerais de me rendre au défilé avec mon bébé, mes enfants, mes talons de 15 centimètres et je me demanderais lequel de ces accessoires est le plus encombrant.

Un bon dessin vaut mieux qu'un long discours



Dans ta pub

Super sélection de Gabriel Teisson dans son blog "dans ta pub"  de publicités aux visuels chouettement importants. Simple, efficace. Suivez le lien ci dessus. Enjoy !










dimanche 24 janvier 2016

Paye ta tong Hedi



Hedi Slimane diary



Un jour ou l'autre, il y a des détails qui finissent par nous trahir. On a beau se bâtir une belle carapace de légitimité, paf, un jour ou l'autre et comme disait ma prof de français de 1ère d'une voix mélodramatique et un peu snob ,"le vernis craque"

Prenez Hedi Slimane par exemple.
Un couturier à qui on doit le retour en grâce des silhouettes androgynes, du pantalon surslim y compris pour les garçons et de la glamourification du look cinq heures du mat j'ai des frissons, je claque des dents et je monte le son.
Collection après collection, le tableau se précise et s'enrichit par des travaux photographiques publiés partout. et d'abord sur son journal de bord.
L'affaire est entendue.
L'univers est dark et rock.

Mais voilà le couturier qui rejoint la maison Yves Saint Laurent, traine ses égéries habituées au fog londonien et tout le bureau de style sous le soleil de LA, Californie.
Tiens, tiens.
Pourtant le décor reste noir et blanc, le collant filé et les yeux toujours aussi fatigués.

jeudi 21 janvier 2016

Une boule poilue



Il y a eu la fausse hug, la doudoune à capuche, le sac bandoulière façon Chanel matelassé, les baskets compensées Isabelle Marant. Les bottes motardes aussi. Chaque hiver apporte son lot de tocade fashion repris par les vendeurs pas chers. Goitre éphémère qui inonde les rues.

Cette année, c'est une onde de pompons moumoute dorée qui dodelinent sur la tête des femmes. Effet de mode amplifié par une vague de froid soudaine et scélérate rencontrant une surabondance d'offre dans toutes les boutiques à un prix dérisoire.

Du modèle d'origine point de nouvelles. On croise parfois un modèle à étiquette, un Burberry (vendu près de 300 fois plus cher que sa version de rue) mais sans que rien ni personne ne clame la paternité du hit de l'hiver.






mardi 19 janvier 2016

Il jouait du clavier debout


Alessandro Gottardo alias Shout Illustrator sur le site laostudio

Dans la catégorie "les questions qui peuvent nous emmener très loin mine de rien alors que pourtant, à première vue on s'en fout un peu", gros remous aujourd'hui autour du clavier d'ordinateur et de l'ordonnancement des lettres et des touches.

En France et dans une partie de la Belgique, nous avons un clavier qui commence par les lettres AZERTY alors que le monde entier (en gros) a un clavier qui commence par les lettres QWERTY (en Allemagne c'est QWERTZ il parait, mais c'est quasi pareil).

Le magazine de Microsoft, qui s'appelle RSLN,  (pour "regard sur le numérique", décidément nous sommes immergés dans les suite de lettres capitales à rallonge), s'interroge ainsi ce soir sur sa page Facebook "mais pourquoi donc les touches de notre clavier ne sont pas rangées par ordre alphabétique ?"


(suite après le saut)

dimanche 17 janvier 2016

La liste #1


Maciej Pozoga pour Vice Magazine


Cliquez sur le lien sous la photo et découvrez un super chouette article de Vice Magazine sur un sport études surf de Bretagne et des portraits de jeunes qui ont intégré cet établissement pour vivre leur passion sans lâcher leurs études. Pour les photos, ils sont habillés de marques de luxe et ils posent comme des pros. C'est un peu absurde et en même temps c'est beau parce que leurs réponses aux questions sont d'une simplicité sans fard. On dirait qu'ils ne sont pas dupes. C'est ça qui nous étonne, en fait au delà de toutes ces histoires de X, de Y et de Z qui tournent un peu la tête. Ils ne sont pas dupes et ils font leur chemin, goutant au passage les fruits sucrés qu'ils ont envie de gouter et délaissant les autres. Je me demande si nous avons jamais été lucides comme ça à leur âge ?

Le retour du Curly. Pas le gâteau apéritif interdit par les ligues de protection du bien manger, les esthètes et les frustrés des années lycées. Non les cheveux frisés. Mais bien frisés, hein, pas de demi-mesure. Voilà qui va faire plaisir à tous ceux qui peinent à détendre leurs boucles chaque matin. On en trouve sur tous les internets bien lancés, comme ici, et aussi et bien sûr. Très bientôt donc dans votre salon de coiffure une armée de fers à friser vont remplacer les lisser céramiques. Il est temps de re-re-re-regarder Flashdance.

Le retour de la fashion week marque le retour en très grande forme de Loïc Prigent et de ses citations foutraques et élégantes dont on ne se demande pas si elles peuvent avoir vraiment été prononcées par la clique de la mode qui se presse aux premiers rangs : "Je n'ai pas de clés. Personnel de maison vous comprenez. Et tant mieux, je les perdrais."

Tiens, et ça mérite d'écouter - très fort, la fenêtre ouverte et les bras qui embrassent le ciel en respirant à plein poumons, cette chanson des Canadiens d'Arcade Fire  avec David Bowie en choriste de luxe, découverte il y a longtemps sur une playlist commentée par un artiste et qui disait que cette chanson s'accordait très bien à un lendemain de soirée.




LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin